MOBILISATION DU 9 MARS

Les organisations syndicales étudiantes et lycéennes, associatives et politiques de jeunesse, réunies jeudi 25 février au soir, se sont retrouvées sur la revendication commune du retrait complet du projet de loi dit « travail ».

Nous appelons à une journée nationale d’initiatives et d’actions le mercredi 9 mars à l’occasion du conseil des ministres, et à la poursuite de la mobilisation au-delà, notamment à travers les journées de mobilisation intersyndicales.
Un appel unitaire plus fourni sortira ce dimanche et une conférence de presse se tiendra le mardi 1er mars.

Signataires : UNEF, Solidaires étudiant-e-s, UNL, SGL, FIDL, DIDF jeunes, Génération précaire, OLF, Mouvement Jeunes communistes de France, UEC, Ensemble jeunes, Jeunes écologistes, JOC, MJS, MRJC, ND-Campus, NPA jeunes, AL, PG.

Mensonge d’état?

A propos des massacres de Ghouta, faubourg de Damas tenu par les insurgés syriens, par Michel Pinton
Fondateur de l’UDF avec Giscard, rejoindra le courant de Chevènement en 1990, ancien député au Parlement européen.
Les faits que je vais évoquer ici, ne sont pas anciens. Ils se sont produits il y a un peu plus de deux ans. Mais, après avoir fait la « une » de la presse, ils sont tombés dans un puits de silence et d’oubli. Ramenons-les brièvement à la vie.
En juin 2013, notre gouvernement, emboîtant le pas à  Washington et Londres, lance soudain une mise en garde à Bachar El Assad. Il lui fait savoir solennellement que la retenue que la France s’est imposée depuis le début de la guerre civile, n’est pas intangible. Si le « dictateur syrien » s’avise à réprimer le soulèvement populaire par l’emploi d’armes chimiques, une « ligne rouge » sera franchie. En représailles, nos « Rafales » bombarderont les bases et dépôts de son armée, ce qui conduira à son effondrement rapide.
Deux mois plus tard, le 21 août 2013, les médias annoncent que Ghouta, un faubourg de Damas tenu par les insurgés, vient d’être attaqué au gaz sarin. On compte, selon les sources d’information, de 280 à 1720 victimes, presque toutes civiles.
Des commentaires horrifiés s’étalent dans la presse parisienne. L’opinion générale des éditorialistes, universitaires et porte-paroles de partis est que le « boucher de Damas » a voulu narguer la conscience universelle. Sa provocation est insupportable. Dans un appel retentissant, la directrice du journal « Le Monde » réclame une riposte armée. François Hollande fait aussitôt connaître sa détermination : il convoque nos chefs militaires à l’Elysée, approuve le plan de bombardements qu’ils ont établi et ordonne aux pilotes de Rafales de se tenir prêts à voler vers la Syrie en coordination avec les avions de nos alliés.
Mais l’expédition ne parvient pas à décoller. Les députés britanniques, qui n’ont pas oublié que Tony Blair leur avait menti dix ans plus tôt pour leur arracher l’autorisation d’envahir l’Irak, flairent la manipulation et refusent la participation anglaise. Barack Obama tergiverse. Le pape François, qui en sait plus long qu’il ne peut le dire, s’oppose à l’attaque occidentale avec vigueur. Finalement les Américains renoncent  à la guerre. Hollande et Fabius se retrouvent seuls. Ne pouvant plus infliger à Bachar El Assad le châtiment promis, ils multiplient contre lui les condamnations morales et les sanctions politiques.
Pourquoi rappeler cet épisode ? Parce que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OPCW), instance internationale qui regroupe la quasi-totalité des Etats du monde, vient de terminer son rapport officiel sur le massacre de Ghouta. Il est le fruit de deux ans de travail. Les experts de l’OPCW ont analysé la nature du gaz qui a tué tant d’innocents, notamment par des prélèvements sur les corps des victimes. Leur conclusion est formelle : la composition de ce gaz est différente de celle que l’on trouve dans les stocks de l’armée syrienne. Bachar El Assad est innocent du crime  qui lui a été imputé.
Le rapport ne s’arrête pas à ce constat. Il en fait un autre. Il s’intéresse aux armes chimiques que le colonel Kadhafi avait jadis fabriquées et entreposées dans le désert libyen. Une importante partie de son stock a été, après sa mort, vendue à des « groupes anti-Assad », transportée en bateau vers des ports turcs puis acheminée par la route jusqu’aux fiefs rebelles de Syrie. La composition du sarin libyen est la même que celle du sarin jeté sur Ghouta.
Voici nos dirigeants pris à contrepied. Non seulement ils se sont trompés sur l’identité du coupable mais ils sont dans une position moralement intenable. Si vraiment l’utilisation d’armes chimiques  contre des civils est un crime contre l’humanité et si vraiment celui qui s’en rend responsable franchit la ligne rouge de la punition, qu’attend notre gouvernement pour châtier les rebelles syriens ? N’ont-ils pas aggravé leur responsabilité en empoisonnant une population qui était sous leur autorité dans le but cynique de nous entraîner à nous battre à leur profit ?
Mais notre gouvernement semble n’être au courant de rien. Hollande et Fabius continuent de reconnaître les chefs des insurgés comme seuls représentants légitimes du peuple syrien ; ils les reçoivent chaleureusement à Paris et leur prodiguent un soutien sans faille. Peut-être sont-ils trop accaparés par des tâches pressantes pour lire le rapport de l’OPCW ; peut-être estiment-ils qu’ils n’ont pas de temps à perdre dans une affaire presque oubliée ; peut-être jugent-ils inutile de lire ce document parce qu’il ne leur apprend rien : ils ont su à quoi s’en tenir depuis le début.  En toute hypothèse, il est clair que, pour eux, la vérité et la justice n’ont pas leur place dans la politique étrangère de la France.
Quant à l’opinion publique de notre pays, elle reste dans l’ignorance de ce qui s’est réellement passé à Ghouta en août 2013. Les éditorialistes qui appelaient à la guerre contre Assad, se gardent bien de publier la moindre information sur les conclusions de l’enquête internationale. Ainsi protégées, les accusations de nos dirigeants, devenues mensonge d’Etat, continuent de prospérer. Tant pis pour la démocratie.

Mélenchon ou pas? par P Mangard

Mélenchon se la jouerait homme providentiel et sa candidature serait par la même à bannir. Vous êtes nombreux a estimer qu’il faudrait un homme ou une femme qui ne soit pas « providentiel ». Avez-vous tout compris de ce qu’est l’élection du Président de la République sous la 5eme République ?

Pas Mélenchon: ah non? Et qui alors? Attendons que médias vous le disent!
Accepterez-vous de réfléchir sur un point : sous cette république, comme sous toute d’ailleurs, pour en sortir il faut prendre le pouvoir suivant les règles imposées, ou alors c’est le coup d’État. Même De Gaulle pour basculer la 4eme a tout de même mis un peu les formes, bien que ce fut au final une forme de coup d’État.
Hé oui, la médiatico-monarchie de la 5ième République suppose  que les candidatures ne soient pas seulement « légales », il faut qu’elles soient en plus légitimes, comme sous tout régime monarchique, celui qui prend le pouvoir doit avoir une forme de légitimité :
Et qui d’après vous construit la légitimité d’une candidature sous la 5 eme ? Les partis institués avec le concours des médias. En prenant le parti on devient chef de « famille ducale », donc Prince et donc légitime pour être fait roi.
Si dans une « famille » plusieurs « frères ennemis » prétendent devenir Prince, par la grâce des primaires les médias sont en fin de compte sollicités par la famille et viennent à son secours pour désigner celui qui sera légitime… parce que désigné par leurs sondages à eux. Voilà qui évite de se poser trop de questions de programme politique, les médias aimant mieux discourir sur la « personnalité » des candidats et leur capacité à faire vendre du papier ou de l’espace publicitaire, voire à faire le « buzz ».
Je veux bien que la candidature de Mélenchon gêne aux entournures certains, et pour tout dire si notre foutue 5eme République autorisait l’émergence de mouvements nouveaux et donc de personnalités nouvelles à l’instar de ce que les constitutions espagnoles et grecques rendent possible et ont permis, je serais assez partisan d’une candidature d’une femme ou d’un homme représentant ce nouveau mouvement.
Mais comment ne voyez-vous pas que c’est justement ce que la 5 eme interdit, avec de nos jours la complicité accrue des médias, et ce n’est pas un hasard, elle a été fabriqué pour ça, pour des hommes (ou femmes) providentiels ou présentés comme tels par les médias et pour interdire à toute force nouvelle d’émerger.
« Entre nous et les communistes, il n’y a rien » avait déclaré Malraux, se félicitant par avance que les institutions de la 5 ième ne permettraient jamais l ‘arrivée au pouvoir des communistes : ainsi la droite gaulliste tiendrait le manche du pouvoir ad vitam æternam.
Vous aurait-il échappé que c’est l’effondrement du PCF et l’émergence d’un PS le dominant à gauche qui a changé la donne avec l’aide de la bataille interne à droite (Chirac contrant Giscard en 81) : le tout a permis une alternance, laquelle s’avéra d’ailleurs très vite n’être pas une réelle alternative aux politiques libérales, loin s’en faut !
Ne voyez-vous pas que c’est le calcul de Hollande et de l’état major solférinien du PS ? Rien entre eux et le Front National. Un FN dominant à droite, le rêve pour des socialistes n’ayant que la volonté de tenir le pouvoir, quitte à faire une politique de droite.
Ne voyez-vous pas comment une force politique , car il faut bien l’appeler ainsi, telle que le FN, même en prospérant sur l’incurie de la 5eme et en flattant le fond de xénophobie, de racisme et de reste de colonialisme mal digéré par une part dramatiquement toujours importante de nos concitoyens, atteignant tout de même 1/3 des électeurs, que cette force  n’est quasi pas représentée dans les organes de pouvoir de ce pays ? Le PCF lui était arrivé à presque 30% , mais avec une bien plus forte présence grâce au régime parlementaire de la 4 ieme et son mode électoral.
La 5eme a été conçue pour éviter notamment la « menace communiste » en instituant un régime bipolaire dans lequel une des polarité est considérée impossible.
Expliquez moi  comment le courant que représente la France insoumise et qui existe dans l’opinion tout autant qu’en Espagne ou en Grèce, ne peut émerger en France ? La réponse est dans les institutions de la 5 ieme.
Pour sortir de ce système il convient nécessairement, même si on peut le regretter, de se battre avec les armes que le système impose ? Un peu comme au judo, il faut de plus utiliser la force adverse pour le faire tomber. Il faut utiliser la force des médias opposants pour bousculer le système. Nous n’avons pas le choix des armes :  Ou alors choisir l’autre modalité, le coup d’état. Qui en veut ici ?
Seule une personnalité promue providentielle par les médias peut prendre la 5 ieme pour la basculer.
Vous pouvez retourner les choses de tous les cotés, vous en reviendrez hélas toujours à ce désolant constat. Mais il faut faire avec cette réalité
Si vous avez mieux que Mélenchon a nous proposer, personnellement je suis preneur, car je suis bien conscient que les médias vont le dézinguer un max, avec le concours « d’amis », comme certains ici, les médias auront la tâche facilitée !
« Je voudrais être le dernier président de la 5e République et rentrer chez moi sitôt qu’une Assemblée constituante, élue pour changer de fond en comble la Constitution, ait aboli la monarchie présidentielle et restauré le pouvoir de l’initiative populaire. La 6e République commencera et ce sera une refondation de la France elle-même. »
L’homme providentiel qui annonce se retirer dès qu’il aura changé les institutions pour notamment nous débarrasser de la nécessité de passer par un homme providentiel, je prends : il n’y en a pas tant que ça !
Mais dites moi, a supposer qu’un autre que Mélenchon montre son nez avec autant de talent pour affronter la meute médiatique et arriver à la tenir en respect, croyez-vous que les dits médias lui feraient un cadeau ? Ho si bien sûr, le temps de s’appuyer sur lui  pour dézinguer Mélenchon, et ce travail fait, ce serait à son tour de se faire dézinguer.
Et les primaires ? alors rien de mieux pour les médias que de jouer ce jeu de massacre et de promotion d’hommes providentiels. Par sondage on vous dit quel est le candidat à présenter, en dehors de toute question de programme, et puis ceci fait on les démolit au besoin ou au contraire on les rend « providentiels ».
Mr Hollande fut présenté comme providentiel quand DSK ne pouvait plus tenir ce rôle, pour en tenir un autre tout aussi juteux pour la presse d’ailleurs: Hollande vendu ‘homme providentiellement normal » pour nous débarrasser de l’agité Sarko.
Et souvenez-vous de 2007 : Royal a été la chouchoute providentielle des médias pour les primaires socialistes, la candidate providentielle qui pouvait terrasser Sarko, et du coup les socialistes qui se croyaient jouer au tiercé se sont basés sur les pronostics médiatiques pour en faire leur candidate. C’était au dire des médias  et d’après leurs sondages, la seule des candidats au primaires capable de battre Sarko, pourquoi auraient-ils voté pour un autre ,nos rusés socialistes ?
Les primaires ne servent qu’à faire devenir réalité les sondages bricolés par les médias.
Ceci fait, dés qu’elle fut désignée candidate, les sondages ont subitement « constaté » qu’elle serait battue par Sarko. Ah bon !
Mélenchon vous gêne ? alors des noms SVP !
J’attends des noms et  je suis sûr que je ne suis pas le seul à vous attendre à ce tournant là !

Rassemblement à Saint-Brieuc

Les organisations signataires appellent à un rassemblement à 10h00 le Samedi 6 Février sur nos valeurs  » pour une Bretagne ouverte et solidaire « 
——————————————————————————————-
Voir le communiqué adressé à la presse ce jour par les organisations signataires.
Rassemblons-nous pour une Bretagne ouverte et solidaire
Le 6 février prochain nous serons dans la rue, nous, femmes, hommes, citoyenNEs, associations et organisations politiques et syndicales pour défendre les valeurs de la solidarité, de l’antiracisme et de l’antifascisme.
Ce jour-là, comme les autres jours, nous serons présentEs pour combattre les amalgames simplistes et la stigmatisation nauséabonde de l’extrême-droite. Nous dirons bienvenue aux migrantEs que la guerre et la misère jettent à nos frontières et défendrons l’idée d’une Bretagne et d’une France ouvertes, solidaires au-delà des frontières.
Nous appelons à un rassemblement festif
Rendez-vous samedi 6 février à 10h Place Allende (face aux Champs)
Signataires de l’appel à une manifestation festive et citoyenne: Collectif de vigilance antifasciste (CVA 22), CNT22, Sud Education22, Solidaires22, Solidaires Bretagne, SDEN CGT Educ’Action 22, FSU 22, NPA22, Attac22, Ensemble22, UDB, Fédération des MJC22, Fédération Anarchiste 22, Ras’le Front Trégor, Alternative Libertaire 22 et 56, Association DHKD Saint-Brieuc
 

——————————————————————————————————————————-